Temple raiders partie 1 : Mrauk U

La Birmanie compte au moins un monastère par village. Autant dire qu’on n’échappe pas aux temples dans ce pays ! C’est particulièrement vrai des vallées de Mrauk U et Bagan, spectaculaires chacune à sa manière.

Nous avons d’abord été à Mrauk U dans l’état du Rakhine (Arakan), tristement célèbre pour les injustices infligées aux populations musulmanes Rohingya…

Rien de tel n’était perceptible à Mrauk U cependant, petite ville tranquille au pied des montagnes Arakan qui séparent l’état du reste de la Birmanie. Et ce sont précisément ces montagnes qui rendent le trajet si long : 22 heures de bus depuis Mandalay…

Mrauk U : prononcez “Myauk Ou”

(Oui ! de la même manière que Mranmar se prononce Myanmar)

Épuisés par le bus, on s’offre un petit bungalow à 30 $ au Mrauk U Palace Hotel en guise de récompense : petit déjeuner inclus, serviettes changées tous les jours, deux fenêtres donnant une belle lumière… Et plaisir de se glisser dans des draps frais pour une sieste en arrivant !

Côté cuisine, le Happy Garden propose des repas (relativement) variés dans un cadre agréable. Mais notre souvenir reste attaché au goût des beignets de courgette achetés dans la rue: dorés à souhait et aussi croustillants que gras :->

La rue du marché, sous le tendre soleil de 7 h du matin, baigne dans une atmosphère joyeuse et offre une pause thé ou petit déjeuner parfaite au retour d’une ballade parmi les temples à l’aube.

Les cloches d’Arakan

Le billet d’entrée dans la zone archéologique de Mrauk U vous coûtera 5 000 kyats et est valable une semaine. 3 jours suffisent largement pour visiter, mais nous ne recommanderions pas moins à cause de la fatigue du trajet en bus : vous n’aurez pas envie d’enchaîner l’aller et le retour ! De plus il peut faire très chaud en journée, il donc est agréable de visiter par courtes sessions de 2 heures le matin et 2 heures le soir.

Les temples de Mrauk U datent du XVème au XVIIème siècle, quand la ville était la capitale du dernier royaume d’Arakan. Bâtis en pierre (contrairement à ceux de Bagan), ils sont aussi étonnants de l’extérieur que de l’intérieur (plus de photos ici).

Certains sont complètement écroulés, d’autres ont été restaurés… avec plus ou moins de bonheur. Au premier abord ce sont leurs formes de cloche ou de fort qui vous étonneront. À l’intérieur, une architecture en spirale abrite des centaines de fascinantes sculptures, bas-reliefs et statues, plus ou moins conservées -et parfois restaurées à la truelle, elles aussi.

La majorité des temples se concentre dans une petite vallée entourée de collines : vous pourrez en escalader certaines pour profiter d’une vue d’ensemble. En continuant vers le fond, après la Paya Andaw, une colline plein ouest permet d’observer le coucher de soleil sur les temples.

Des chaises ont été installées en haut et des marches ont été taillées pour faciliter le trajet… on vous demandera 500 kyats pour la peine, et vous risquez de voir débarquer un minivan empli d’amateurs de photos !

Sonnez les matines

C’est à l’aube, sur une autre colline, que nous avons eu la plus belle vue d’ensemble. Les rares présences humaines croisées en chemin se faisaient silencieuses parmi les silhouettes imposantes des temples émergeant de la brume dans le ciel rose.

Juste en atteignant le sommet, les premiers rayons du soleil surgirent de la crête d’en face et baignèrent peu à peu les temples-cloches d’une lumière dorée. Les nappes brumeuses s’éclairaient, enveloppant les sanctuaires de leurs mystères.

Bref, c’était de la poésie à l’état brut.

L’humeur rêveuse, nous avons flâné entre les temples déserts en redescendant vers 7 h, avant de rentrer par une ballade dans le village et le marché, en pleine activité dans la lumière encore tiède de la “golden hour”…

Cette matinée marque l’un des moments les plus exquis de notre séjour birman.

Un dernier pour la route…

Send an e-pigeon

Your email address will not be published. Required fields are marked *

PigeOn: