Digression Thaïlandaise vers le Laos

Comment passe-t-on de la Birmanie au Laos ? On ne passe pas… On fait un détour par la Thaïlande !

(Nous n’avons pas pris de photo pendant ce trajet, sauf le KFC à l’aéroport de Yangon… j’utiliserai donc ici quelques banques d’images photos prises à notre arrivée à Bangkok en janvier)

Vous ne passerez (toujours) pas !

Au départ nous voulions traverser par la terre… Et, une dernière fois, la Birmanie allait nous obliger à revoir notre copie. Eh oui, la frontière terrestre Myanmar-Laos n’est ouverte qu’aux locaux…

Trois Deux options s’offraient dès lors à nous :

  • les autorités interdisent tout déplacement terrestre pour touristes dans l’est de l’état Shan, si vous avez lu l’épisode Myitktyina vous l’aurez deviné, là aussi il y a des combats contre des rebelles.
    >> Donc, avion obligatoire pour Tachileik, traversée de la frontière Thaï, bus pour Chiang Rai, nuit sur place, puis un ou deux bus pour passer la frontière Lao à Huay Xai, avec la nécessité d’arriver assez tôt pour faire le visa et prendre un bus en direction de Luang Namtha sous peine de devoir passer une nuit sur place (ah oui, et aucune information disponible en ligne sur les différents bus, coûts ou horaires il faudrait voir sur place)
  • avion pour Bangkok, train de nuit jusqu’à Nong Khai, passage à pied du poste frontière puis bus pour Vientiane
  • la réponse D : faire de faux papiers laotiens, se cacher des rebelles et des autorités en traversant de nuit et par nos propres moyens l’état Shan, apprendre la langue Lao et se déguiser en locaux pour passer le poste frontière terrestre tout en évitant la prison (oui car il n’y a pas d’accord d’extradition…)

Conclusion 1 : même sans avoir lu, vous devinez qu’il y a une option simple et une option… moins simple (non, la réponse D n’est pas une option).

Conclusion 2 : pas de passage au Laos sans avion.

Bon ce n’est pas tout à fait vrai : techniquement, vous pourriez aller en bus de Yangon à Myawaddy, passer la frontière à pied (en espérant ne pas avoir de problème si vous êtes arrivé en avion et voulez repartir par voie terrestre, il y a eu des précédents…) puis prendre un bus de Mae Sot à Bangkok. En fin de compte le coût de l’opération ne serait pas beaucoup plus faible que l’avion, en revanche la durée du voyage serait nettement plus importante.

À l’aéroport de Yangon, apparemment le KFC est compatible avec les 227 préceptes de la vie monastique bouddhiste…

Oui, mais le budget, me direz-vous ? Cela dépend l’organisation de chacun ! Dans notre cas, nous avons du temps et nous aimons laisser de la place à l’imprévu… et prenons souvent ce genre de décisions (trop ?) tardivement.

À une semaine du départ, les billets pour Tachileik depuis Mandalay valaient le double des billets pour Bangkok depuis Yangon, et il fallait en plus prévoir une nuit à Chiang Rai… Même en ajoutant le prix du bus Nyaungshwe – Yangon et du train Bangkok – Nong Khai, la différence de budget était encore légèrement en faveur de l’option Bangkok.

Et puis cet itinéraire offrait un argument de poids : on allait prendre un train de nuit en Thaïlande….

Train 3.0

La réputation des trains thaïlandais n’est plus à faire… Autant vous dire qu’après avoir expérimenté la version birmane, nous nous sommes extasiés sur chaque petit détail de notre sleeper : toilettes super propres avec PQ, espace propre sous la couchette du bas pour caler les sacs, petite table propre, prises électriques fonctionnelles, draps propres et steward qui vient faire le lit avant de dormir…

En lecteurs perspicaces vous aurez peut-être noté une très légère prédominance du sentiment de propreté ˆ_ˆ En effet l’ensemble du wagon-lits était carrément rutilant, comme sorti d’un film SF des années 80 -avec tous les accessoires : portes automatiques coulissant avec un “woosh” feutré, lignes lumineuses bleues au sol, plastiques blancs aux bords arrondis partout et mec en uniforme à chaque entrée… Passer cette porte, c’était un peu comme entrer dans une autre dimension spatio-temporelle via un trou de ver.

Bien sûr le contraste avec la saleté extérieure d’une grande gare joue son rôle, mais je ne suis jamais montée dans un train aussi propre -nulle part. Peut-être qu’on en trouve des comme ça au Japon, mais certainement pas en Europe… J’étais si bien que je n’ai pratiquement pas dormi de la nuit, profitant du trajet pour enfin boucler une vidéo perso qui tardait à aboutir depuis notre départ de France.

Le train pour Nong Khai offre 10 heures de fraîcheur bienvenue en pleine saison chaude – voici une image sans aucun rapport d’une conductrice de bus à Bangkok s’octroyant une pause glacée au feu rouge

S’il fallait trouver un défaut à ce train, ce serait la température polaire de la clim, non sans rappeler l’aéroport d’Abu Dhabi -mais ceci est une autre histoire. Les plats du wagon-restaurant présentaient aussi une ressemblance suspecte avec les barquettes qu’on vous sert en vol… Par contre les brioches vapeur étaient correctes et nous ont nourris pour moins de 100 bahts par personne.

Avant d’acheter…

Sabaidi – bienvenue en Thaïlande mondialisée

Je sais, je vous l’ai super bien vendu et vous avez déjà envie de partir en Thaïlande juste pour prendre le train, mais avant voici un tuyau qui vous économisera un peu de temps et peut-être de l’argent: réservez sur le site officiel pour avoir les bons tarifs !

Ça paraît idiot comme ça mais beaucoup de sites avec des noms qui sonnent juste sont en fait des compagnies de voyage : thailandtrainticket, thailandtrain… Leurs sites sont plutôt ergonomiques, et pour la peine leur commission avoisine les 100% du prix du ticket.

Le seul site officiel est www.thairailwayticket.com (non nous ne gagnons pas d’argent avec ce lien c’est juste qu’il nous a fallu du temps pour le trouver, donc voilà pour vous !)

Vous pouvez payer par carte, vous recevrez vos tickets par mail en PDF et devrez les imprimer avant de monter à bord. Notre billet pour le train Special Express 25 nous a coûté 750 TBH pour le lit du haut et 840 TBH pour le lit du bas (pratique pour mettre les sacs et se poser avant la nuit).

Anticipez votre voyage : il n’y avait plus beaucoup de place en seconde classe juste 5 jours avant le départ, et d’autres trains étaient déjà pleins.

Trucs en vrac pour passer la frontière

Tuk tuk dans les rues grouillantes de Bangkok (rien à voir avec la circulation quasi nulle à Nong Khai un dimanche matin à 6 heures que nous n’avons PAS photographiée…)

Quelques infos utiles à connaître en amont :

  • des tuks tuks vous proposeront de vous emmener de la gare de Nong Khai au poste frontière. Si vos sacs sont très lourds cela peut valoir le coup, mais il y a à peine 500 mètres de marche, et l’itinéraire se résume à : sortir à gauche de la gare – tourner à gauche dans la grande rue – marcher tout droit jusqu’à ne plus pouvoir marcher tout droit – c’est là, sur votre droite ! Regardez sur Google map la veille avec le wifi du wagon bar par exemple (il sera fermé à l’arrivée à 6h du matin).
  • après le tampon de sortie de Thaïlande, le passage de la frontière proprement dite se fait en bus via le “Friendship bridge” pour 20 TBH -ou 3 km de marche pour les courageux.
  • si vous passez avant 8h ou un dimanche, prévoyez 1$ de frais supplémentaires sur votre visa Lao pour cause d’horaires étendues ;->
  • une fois votre visa en règle, vous avez un ATM sur votre droite pour retirer des kips (LAK) et le bus public No 14 vous emmènera en ville (gare routière de Talat Sao) pour 6 000 kip, contre 15 à 30 000 pour un taxi ou un tuk-tuk partagé.
  • À Talat Sao prenez une SIM locale (lisez ce post avant !), un Lao sandwich ou des fruits, puis marchez les 1,5 km restant jusqu’à la zone centrale autour de Wat Mixai où se situent toutes les guesthouses et auberges de jeunesse.

Bonne route !


Send an e-pigeon

Your email address will not be published. Required fields are marked *

PigeOn: